Page de Laurine



Ci-dessous l'article de mai 2019 relatif à l'arrivée de Laurine au club de scrabble83.

La coupe de France de classique 2018 : un tremplin pour l'avenir.

Trop peu d'amateurs de Scrabble ont eu connaissance de la création l'an dernier d'une première Coupe de France de Scrabble classique réservée aux licenciés de série 5, 6 et 7 en duplicate et aux non-licenciés. Nombre de présidents de clubs n'ont pas cru utile d'en informer leurs joueurs et la communication nationale un peu précipitée n'a pas permis de contacter un maximum de personnes susceptibles d'être intéressées. Ce sont cependant 300 personnes, non-licenciées pour moitié, qui ont participé dans un excellent état d'esprit.

En septembre le club varois de Vidauban accueillait les 12 finalistes régionaux qui avaient eu le bonheur de se qualifier et le podium final constituait un symbole de cette épreuve.

Le néophyte vidaubannais Joseph Rouzeau se retrouvait tout heureux de figurer en troisième place. Venu au club en 2017 pour jouer en classique il a également découvert le duplicate et est l'un des membres les plus actifs dans les deux disciplines.

La joueuse de Draguignan, Simone Tavan, qui a terminé deuxième, est le cas inverse. Passionnée de duplicate elle a redécouvert le classique et se flatte d'aimer les deux.

Enfin la toulonnaise Laurine Bellet, jeune non-licenciée, a eu le grand plaisir de gagner la coupe régionale et d'inscrire son nom parmi les lauréats. Il faut dire que la compétition ça la connaît et que les podiums ne lui sont pas étrangers. Ex championne de France de tir au pistolet à 10 mètres, elle partage désormais ses loisirs entre les deux disciplines. Séduite par le classique, elle a décidé de saisir l'occasion de devenir la première licenciée de club par le biais d'internet. Depuis son domicile et grâce à la vidéo transmission elle participe à la vie du club vidaubannais. L'heure du duplicate n'est pas encore venue pour elle mais elle pourrait bien faire ses premiers pas lors des interclubs de fin mars. Cependant pour connaître ses motivations le mieux est encore de lui laisser la plume.

« Laurine Bellet, 27 ans, je travaille comme officier d'état-major en tant qu'instructeur de langue anglaise au Pôle Ecole Méditerranée, que la plupart connaîtront peut-être sous son ancien nom de CIN Saint-Mandrier dans la rade toulonnaise.

J'ai un profil plutôt littéraire, axé sur l'étude des langues étrangères, qui m'a permis de faire un échange au Royaume-Uni au cours de mes études avant de rentrer dans la vie professionnelle et la Marine nationale en 2013.

J'ai toujours aimé jouer au Scrabble classique, surtout en famille de temps à autres, puis via l'application Mattel qui me permet de continuer à jouer virtuellement car je suis loin de mon berceau forézien depuis quelques années déjà !

Mon inscription à la Coupe de France tient beaucoup du hasard ; j'en ai eu connaissance via un bandeau publicitaire sur Facebook probablement car je suis abonnée à la page Scrabble. Je suis donc allée voir ce dont il était question et me suis laissé prendre au jeu ! Ce concours présentait un bon nombre d'avantages, ou en tout cas d'absence de contraintes : ouvert aux non-licenciés et peu onéreux, en période estivale donc une période professionnellement moins chargée et surtout pratique car près de chez soi. J'ai donc tenté l'expérience, ce qui m'a permis de rencontrer 3 autres candidates lors de la première manche. Avec une défaite et une victoire avec chacune d'entre elles, la sélection pour la manche suivante était incertaine et a donc déjà été une jolie surprise !

Entre temps j'avais aussi vu sur le site de la fédération la mention des 36h du Scrabble à Draguignan, alors je suis allée jeter un œil. J'ai eu l'occasion de m'initier ainsi au duplicate (hors compétition) que je n'avais jamais pratiqué même si j'en connaissais la théorie. Un travail intéressant sur la prévision des coups, l'usage des préfixes et suffixes...

En septembre s'est tenue la manche régionale de la Coupe de France que j'ai eu la chance - et la surprise ! - de remporter. C'était la première fois que je jouais 5 parties de suite, c'est du sport ! C'est sans doute là que j'ai reçu mes premiers conseils en matière de tactique : faire attention aux ouvertures que l'on offre, valoriser son reliquat... autant d'astuces que je n'avais pas jusqu'alors puisque je me concentrais surtout sur la recherche du mot qui rapporte le plus de points à l'instant t... Ce sont aussi des aspects auxquels on ne prête pas forcément attention lorsqu'on ne joue que contre l'intelligence artificielle en ligne.

Quatre semaines et plusieurs pages de « petits mots aux lettres chères » après, je me retrouve donc en région parisienne pour la finale. STRESS. Heureusement les connaissances liées lors de la manche régionale aident à moins se sentir seule. Le niveau des autres concurrents est redoutable face à moi qui ne fais que débuter et les défaites s'enchaînent. 2 parties le matin et 6 l'après-midi, c'est aussi un rythme à soutenir ! Néanmoins je garde un très bon souvenir de cette journée, de l'esprit sportif et de l'accueil à la fois simple et chaleureux.

En tout cas cette aventure m'a donné envie de continuer puisque je suis revenue participer au tournoi du château de St Julien d'Aille et au championnat régional à Vidauban. Challenge, tournoi, coupe, etc, tous ces termes restent encore à l'heure actuelle très flous pour moi qui ne suis pas encore familière avec la fédération, ses règles et ses classements !... Il me reste beaucoup à découvrir !

Pour ce qui est de la suite, je dirais qu'elle commence comme je viens tout juste de m'inscrire comme « licenciée virtuelle » sur la proposition de Thierry, président du club de Vidauban, et je pense que j'ai beaucoup de leçons à prendre ! Je ne dirais pourtant pas forcément que je « préfère » jouer par internet plutôt qu'en club, mais c'est l'aspect flexible et pratique qui me convient davantage. En effet, entre le statut militaire, un projet immobilier et un certain nombre de compétitions sportives par ailleurs, il m'était difficile de trouver un volume horaire fixe à accorder au Scrabble... En cela, la possibilité de jouer en ligne efface toutes les contraintes : avec l'application sur mon téléphone je peux jouer où et quand je veux, dans les transports, jusqu'à minuit, lors d'une pause... la seule limite est parfois la batterie !

J'apprécie toutefois de venir participer aux tournois pour le contact et les échanges humains, parce que l'on mène une partie complète dans un temps limité (l'application fausse un peu la donne là-dessus) mais aussi parce que venir aux tournois permet de rencontrer de futurs adversaires virtuels en échangeant les contacts ! J

Pour le moment, je vais poursuivre sur ce rythme, par Internet et tournois en clubs de temps à autre. Bon nombre de mes weekends sont déjà bien pris, surtout en automne/hiver, par les compétitions de tir sportif que je pratique depuis 15 ans.

Etant donné que les mutations professionnelles m'amènent à devoir reconstruire un environnement personnel régulièrement, je n'ai pas une très grande visibilité sur la suite mais si j'ai la chance de rester dans la région j'espère bien pouvoir continuer à concilier le tir et le Scrabble comme je le fais actuellement ! » J

Laurine n'aura pas eu à aller bien loin pour disputer sa première grande épreuve de Scrabble. Il lui aura suffi de traverser la rade pour se rendre à La Seyne Sur Mer y disputer ses premiers championnats de France de classique et qu'importait le résultat, le plaisir était au rendez-vous et ses nouveaux amis aussi...